Page:Cocteau - Le Coq et l’Arlequin.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



¶ La sculpture si négligée à cause du mépris de la forme et de la masse en faveur du flou, est sans doute un des arts les plus nobles. D’abord, c’est le seul qui nous oblige à lui tourner autour.


¶ Cet oiseleur et cet épouvantail, c’est un chef d’orchestre.


¶ Dans le créateur, il y a nécessairement un homme et une femme, et la femme est presque toujours insupportable.


¶ Le public interroge. Il faut répondre par des œuvres, non par des manifestes.


¶ LE BEAU A L’AIR FACILE. C’EST CE QUE LE PUBLIC MÉPRISE.


¶ Même quand tu blâmes, ne t’occupe que de la première qualité.


¶ Une opinion saine est toujours prise pour une opinion littéraire.


¶ Ce qui fait l’optimisme de pessimistes tels que nous, c’est l’intuition que l’œuvre d’art collabore à des équilibres.


¶ Je travaille à ma table de bois, sur