Page:Collectif - Revue canadienne, Tome 1 Vol 17, 1881.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


opposition à une autre compagnie semblable, créée pour le même but et demandant les mêmes privilèges. On conteste même à nos législatures provinciales le droit d’accorder l’incorporation à des sociétés de cette nature.

L’hon. Luc Letellier de St-Just s’est éteint à la Rivière-Ouelle, dans la nuit du 28 au 29 janvier dernier. Une dernière fois, les journaux se sont donné l’occasion de louanger ou de critiquer les actes politiques de cet homme, et de devancer les jugements de l’histoire. Le nom de M. Letellier occupera une place marquante dans nos annales politiques de 1878 à 1880. On sent encore l’effet du coup d’Etat du 2 mars 1878, dans la division des partis politiques de cette province, et le caractère d’acrimonie qu’ont prises nos luttes depuis cette date n’est pas encore complètement disparu. Espérons que les élections générales jetteront dans l’oubli ce dernier reste du coup d’Etat et dessineront sur un autre terrain et plus parfaitement les lignes de démarcation des deux partis ainsi que leur force respective.

Lima est au pouvoir des Chiliens ; un gouvernement provisoire y a été établi par les vainqueurs. Le dictateur Pierola est en fuite avec les débris des armées péruviennes. Il n’y a pas de résistance possible maintenant, et le pays vaincu et écrasé ne peut plus que recourir à la médiation des puissances étrangères pour obtenir des conditions tant soit peu acceptables.

Depuis deux ans, la guerre a été poussée avec un acharnement incroyable. Une suite de défaites désastreuses ne paraissaient qu’activer davantage l’ardeur patriotique des Péruviens, et il n’a fallu rien moins que la perte de leur capitale et la prise de leur dernière forteresse pour mettre fin à leur énergique résistance. La revendication par le Pérou et la Bolivie d’une étroite bande de territoire au pied des Andes a été la cause de cette guerre qui a coûté tant de sang et tant d’argent. Ce territoire n’est qu’un désert dans lequel gisent quelques couches de nitrate de soude exploitées par une compagnie chilienne. Le pays victorieux