Page:Collins - Le Secret.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tume du matin. Tous deux étaient un peu pâles, et une certaine agitation se peignait sur les traits de la jeune lady. Sauf cela, rien à noter en eux, jusqu’au moment où ils arrivèrent au guichet du cimetière. Ici, la conduite du jeune gentleman devint à peu près inexplicable. Au lieu d’ouvrir la porte à sa compagne, il recula d’un ou deux pas, la laissa prendre ce soin elle-même, attendit qu’elle fût à l’intérieur du cimetière, et, alors seulement, lui tendant la main, se laissa introduire par elle, comme si tout à coup, d’homme fait, il eût été changé en petit garçon.

Ce n’est pas tout. Une fois arrivé auprès du vicaire, et lorsque le clerc eut ouvert les portes de l’église, le jeune gentleman, pour entrer, donna la main au docteur Chennery, et fut guidé par lui, comme il l’avait été par sa compagne au passage du guichet. Que conclure de tant de soins, si ce n’est que le personnage auquel ils étaient nécessaires devait être privé de la vue ? Notre observateur, mis en éveil par cette découverte, aurait été encore plus ébahi, en regardant à l’intérieur de la chapelle, d’y voir le jeune aveugle et sa compagne, debout à côté l’un de l’autre devant l’autel, et le gentleman âgé, en arrière d’eux, jouant le rôle d’un père qui marie son enfant. Il n’eût pas manqué de soupçonner que la conspiration matinale avait un mariage secret pour objet, et ses soupçons se fussent trouvés confirmés par la réapparition du docteur Chennery, qui, après cinq minutes passées dans la sacristie, en sortit dans tout l’appareil sacerdotal, et, de sa voix la plus harmonieuse, lut aux assistants les prières nuptiales.

La cérémonie achevée, après la signature, le baiser d’usage et les félicitations requises en pareil cas, notre observateur serait tombé en de nouvelles perplexités : car il aurait vu, contrairement à tous us et coutumes, les divers acteurs de cette petite scène de mœurs se retirer séparément, chacun retournant par le même chemin à l’endroit d’où il était venu.

Sans les suivre pas à pas, le clerc vers le village, les deux jeunes gens et le vieillard sur le sentier des champs, et notre chimérique observateur, dupe d’une curiosité non satisfaite, dans les vagues régions d’où nous l’avons évoqué, contentons-nous d’accompagner le docteur Chennery jusque dans la salle à manger du presbytère. Là, dans l’intimité du cercle de famille, nous saurons sans doute ce qu’il peut avoir à dire de ses travaux du matin.

Les personnes rassemblées pour le déjeuner étaient, en pre-