Page:Colons Américains Procès-verbal Assemblée du 22 septembre 1789.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
12

qu'ils étoient en droit d'attendre de leurs frères ;

Que l’illégalité de leur réunion ne les empêchoit pas d'émettre un voeu, ou du moins d'expliquer ce qu'ils entendoient par Aſſemblée Coloniale ; dans quelle forme ils croyoient que cette Aſſemblée pouvoit être formée, & s’ils penſoient que les Citoyens de Couleur duſſent y être admis ;

Que ſi l’on avoit oppoſé aux Colons Blancs, qui ont député à l’Aſſemblée-Nationale, le défaut d'autoriſation d'une Aſſemblée Coloniale légalement convoquée ſur les lieux, leur Aſſemblée n'auroit pas été reconnue, & les Députés admis à l’Aſſemblée-Nationale ; Considérant encore que ce n'eſt point par des moyens de cette nature qu'on peut étouffer le cri naturel de la Liberté, qui ſe fait entendre partout où il y a des hommes en état de l’apprécier ;

"Qu'il ſuffit, que les Colons ſoient réunis dans l’étendue de la Monarchie Françoiſe, pour qu'ils puiſſent délibérer ſur les objets qui les concernent ; que les Citoyens-Libres