Page:Comédie humaine - Répertoire.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉPEnTOir.E DE LA COMÉDIE HUMAINE. 339

Marneîfe (Stanislas), fils légal des deux précédents ; scrofuleux ; assez nôglig’ de ses parents (La Cousine Bette).

Marolles (L’abbé de), vieux prêtre de la fin du xviii siècle, écbappé au massacre du couvent des Carmes* en septembre 1792, et, cacbé à Paris, dans le baut du faubourg Saint-Martin, près de la route d’Allemagne. —Il protégeait alors deux religieuses également compromises, sœur Martlie et sœur Agathe. Le 22 janvier 1793 et le 21 janvier 1794-, l’abbé de Marolles dit, devant elles, des messes pour le repos de l’âme de Louis XVI, et sur la prière de l’exécuteur du « roi martyr », présent aussi, mais dont il n’apprit l’identité que le 25 jan- vier 179i, d’après un renseignement fourni au coin de la rue des Frondeurs-, par le citoyen Rago ! i(f/« Épisode sous la Terreur).

Maronis (L’abbé de), prêtre plein de génie, qui, sous la tiare, aurait été un Borgia. Il fut le précepteur d’Henri de Marsay et réleva dans un scepticisme complet, à une époque où les églises é ; aient fermées. L’abbé de Maronis mourut évèque, en 1812 (His- toire des Treize •" la Fille aux yeux d^or).

Marron, sous la Restauration, médecin de Marsac, en Charente ; neveu du curé Marron. — Il maria sa fdle au pharmacien Poslel, d’Angoulème, et fréquenta les David Séchard (Illusions perdues. — Splendeurs el Misères des courtisanes).

Marron, curé de Marsac, en Charente, sous la Restauration ; vieil oncle à succession du précédent (Illusions perdues).

Marsay (De) vieux gentilhomme plein de vices. — Marié par lord Dudley, dont il épousa l’une des maîtresses et reconnut le fils, Henri, moyennant cent mille francs de rente viagère, promptemeiit dévorés dans les mauvais lieuse, il confia l’enfant à sa vieille sœur, mademoiselle de Marsay et mourut, comme il avait vécu, loin de sa femme (Histoire des Treize : la Fille aux yeux d’or).

Marsay (Madame de). -— V. Vordac (marquise de).

i. Rue de Vangirard ; aujourd’hui simiile chapelle.

i2. Voie disparue. Elle était située près l’es ruas de l’Échelle, des Moineaux et Saint-lionoré.