Page:Comeau - La vie et le sport sur la Côte Nord du Bas Saint-Laurent et du Golfe, 1945.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
169
LE SAUMON ET SES MIGRATIONS

peuvent éviter d’en prendre dans les filets qu’il leur faut tendre tout de même. En octobre leur poids varie entre une demi-livre et une livre et demie.

Le Grilse ou saumoneau commence à entrer dans nos rivières vers la fin de juin et continue de s’y ébattre jusque vers la mi-septembre. J’ai été très surpris de lire qu’en Norvège l’on en prend au filet, avec le saumon, de grandes quantités. Il est à peine croyable que des pêcheurs soient aussi peu prévoyants pour se servir, et qu’il y ait un gouvernement qui en tolère l’usage, de filets à mailles étroites favorisant cette capture. Au Canada, la maille réglementaire mesure cinq pouces d’ouverture ; elle est assez grande pour permettre au saumoneau d’en entrer et d’y sortir, mais assez étroite pour y retenir un poisson de huit livres. Les pêcheurs intelligents ont constaté par expériences qu’une maille de cinq pouces est trop petite, et presque tous maintenant se servent de filets à mailles de six à sept pouces et demi. Un filet à mailles de pareilles proportions ne peut capturer de poisson au dessous de neuf ou dix livres.

La perte du poisson de moindre taille se trouve amplement compensée par le nombre des plus gros qui se prennent. Avec un filet de petites mailles, on perd la plus grande partie du gros poisson, parce qu’ils ne peuvent s’y introduire et qu’ils restent à côté du filet. Il arrive aussi que bien des gros poissons ne tentent pas l’aventure. Une chose certaine, c’est que si ce n’était pas dans leur propre intérêt, les pêcheurs n’utiliseraient pas les filets à larges mailles.

Le poids moyen du saumon pris au filet est de quinze livres.

Il faudrait protéger davantage le saumoneau, en interdisant entièrement l’usage des filets à truite, au moins à partir du 1er juillet au lieu du 31 juillet, comme l’autorise la loi d’aujourd’hui. Attendu qu’il