Page:Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, tome 195, 1932.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SÉANCE DU 4 JUILLET 1932. 39

conduit antérieurement à la formule donnée dans les Comptes rendus, 192, 1931, p. 879, mais sans connaître alors la relation . Quoique moins simples, les remarques faites alors conduisent, elles aussi, à la formule (2) de la Note présente, si l’on y introduit ladite relation.

SPECTROSCOPIE. — Effet de la dilution et de la température sur les bandes d’absorption infrarouges : Associations moléculaires. Note de M. R. Freymann, présentée par M. A. Cotton.

I. Effet de la dilution :

Intensité des bandes. — Dans une Note précédente [1] j’ai signalé le phénomène anormal suivant : Lorsque l’on dilue un alcool dans un solvant (CCl4, C6 H6, …) l’intensité de la bande OH de l’alcool (963 Å) augmente, passe par un maximum, puis décroît.

Cette observation montre l’existence d’un phénomène de dissociation ; j’avais émis l’hypothèse d’une dissociation électrolytique mais en spécifiant qu’il était nécessaire de la confirmer à l’aide d’autres méthodes physiques. J’ai étudié récemment la conductibilité électrique de mélanges C4 H9 OH — CCl4 ; ces mesures infirment nettement l’hypothèse émise.

J’ai donc recherché une autre explication du phénomène de dissociation observé. L’hypothèse des associations moléculaires [voir par exemple le livre de Smyth [2] ou la Note de Longinescu [3]] permet d’expliquer la plupart des phénomènes que j’ai observés concernant l’effet de la dilution ou de la température sur les bandes infrarouges.

Comme les études des moments électriques l’ont précisé les alcools et les acides purs présentent des cas d’association moléculaire particulièrement marqués : ces associations dissimulent les groupements OH, ce qui explique la faible intensité de la bande OH. Quand on dilue l’alcool, l’introduction du solvant détruit les associations moléculaires ; les molécules se séparent suivant le schéma :

R+OH-

R+OH-

R+OH-

  1. R. Freymann, Comptes rendus, 193, 1931, p. 928.
  2. C. P. Smyth, Dielectric constant and molecular structure (Chemical Catalog, New-York, 1931).
  3. G. G. Longinescu, Chem. Rev. 6, 1919, p. 381.