Page:Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, tome 195, 1932.djvu/731

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Réciproquement, à toute cubique Φ de cette famille correspond une courbe des trois barres Γ telle que pour les deux courbes Φ et Γ le lieu défini ci-dessus soit la même cubique Q.

La cubique Φ peut être définie : le lieu de deux foyers coaxiaux et d’une conique qui varie en restant inscrite dans un triangle de telle façon que le cercle qui a pour diamètre l’axe de la conique passant par et reste orthogonal à un cercle fixe. La cubique Q est le lieu du centre de la conique.

Puisque la courbe Θ, composée des courbes Φ et Γ est le lieu des quatre foyers de la conique et que la cubique Φ est le lieu de deux de ces foyers, la courbe Γ est le lieu des deux autres foyers. Donc :

La courbe des trois barres est le lieu de deux foyers coaxiaux d’une conique qui varie en restant inscrite dans un triangle de telle façon que le cercle qui a pour diamètre l’autre axe de la conique reste orthogonal à un cercle fixe.

Réciproquement, deux points d’une courbe des trois barres inverses isogonaux par rapport au triangle Q1 Q2 Q3 étant deux foyers coaxiaux d’une conique inscrite dans le triangle, le cercle qui a pour diamètre l’autre axe de la conique est orthogonal à un cercle fixe.

J’ai pu également compléter, en lui donnant un caractère général, l’étude de la décomposition de la courbe des trois barres faite par M. Morley, et, en particulier, déterminer la position des points doubles et des foyers doubles, ainsi que la correspondance entre la décomposition de la courbe des trois barres et celle des cubiques Φ et Q.

Ces résultats ont été obtenus par l’emploi des coordonnées isotropes dans une étude de la courbe des trois barres qui paraîtra prochainement.


MÉCANIQUE DES FLUIDES. — Mesure des caractéristiques aérodynamiques d’une aile sustentatrice en courant plan. Note [1] de M. Henry Girerd, présentée par M. Henri Villat.

Nous avons déjà décrit [2] le tunnel rectangulaire réalisé dans la soufflerie de 2m de diamètre de l’Institut Aérotechnique de Saint-Cyr.

L’introduction d’un tronçon d’aile dans un tunnel rectangulaire avec un

  1. Séance du 24 octobre 1932.
  2. A. Toussaint et H. Girerd, Comptes rendus, 195, 1932, p. 645.