Page:Conan - Si les Canadiennes le voulaient, 1886.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 41 —

M. Vagemmes

Puisque vous avez un si grand besoin d’admirer, pourquoi ne pas travailler à rendre les hommes admirables ?

Mme Dermant

Vous dites fort bien cela. Je voudrais que toutes les Canadiennes fussent ici pour vous entendre.

M. Vagemmes

Moi aussi.

J’aimerais à leur proposer cette œuvre ardue et délicate. J’aimerais à leur prouver que leur cœur est, comme le nôtre, un abîme d’inconséquence.

Mme Dermant

Comment cela ?

M. Vagemmes

Vous n’aimez que les forts : et vous faites de votre mieux pour affaiblir, pour amollir vos contemporains !

Mme Dermant

C’est fait : nous n’avons pas besoin d’y mettre la main. Lacordaire disait : « Rien ne manque autant à l’homme que la force. » Ici,