Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
163
philippe gaultier

porté s’était trouvé mêlé dans une querelle entre civils et militaires — querelle où deux hommes avaient été mortellement blessés. Quoiqu’il n’eût ni blessé, ni frappé personne, il fut compris dans les procédures criminelles et condamné à mort par défaut et contumace.

M. de Comporté en appela au roi, le suppliant d’enlever cette tache de son nom. Louis XIV accueillit favorablement la demande et expédia les lettres de grâce. J’en citerai quelques extraits.


« Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut.

« Nous avons reçu l’humble supplication de Philippe Gaultier, sieur de Comporté, prévost général de nos chers cousins les maréchaux de France, dans notre pays de la Nouvelle-France, contenant, — (suit l’exposé des faits).

« Le dit procès criminel a été instruit et jugé par défaut et contumace et le suppliant condamné à mort, lequel ayant, depuis peu, par l’entremise de ses amis, satisfait de sa part à la partie civile, nous a très humblement supplié de vouloir bien effacer cette tache… En considération de son innocence et des services qu’il a l’honneur de nous rendre actuellement, de ceux qu’il nous a rendus par le passé et qu’il espère de nous rendre à l’avenir, nous avons au dit suppliant, de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, quitté, remis et pardonné ; et par ces présentes quittons, remettons et pardonnons le fait et cas susdit, tel et ainsy qu’il est ci-dessus exprimé, avec toute peine, amende et offense corporelle, criminelle et civile qu’il pourrait encourir envers nous et justice, mettant au néant tous décrets, sentences, défauts, jugements et arrêtés qui pourraient avoir été rendus pour raison de ce, contre le dit suppliant que nous avons remis et restitué dans sa bonne fame et renommée au pays et