Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
168
silhouettes canadiennes

il était aussi un grand convertisseur. Sa foi emportait les âmes.

Aux Trois-Rivières, où il fut aumônier des Ursulines et curé de la Pointe-du-Lac, sa mémoire est en bénédiction. On conserve comme des reliques les objets qui ont été à son usage et son souvenir, tout illuminé de surnaturel, est resté si vif qu’un prêtre de la Pointe-du-Lac écrivait, il n’y a pas longtemps : « On dirait que l’abbé de Calonne vient de quitter la paroisse. »

Mais ailleurs qu’aux Trois-Rivières, il est aujourd’hui généralement oublié. Le temps a déjà voilé cette grande figure et, pour la remettre en lumière, il faudrait pouvoir citer l’orateur — le faire entendre directement. C’est malheureusement impossible, mais on lira peut-être avec intérêt quelques détails sur la vie de ce séducteur d’âmes. C’est bien une vie au sens vrai du mot. On y suit le développement et on y sent toujours la lutte.



Joseph-Jacques-Ladislas de Calonne naquit à Douai en 1743. Sa famille, très distinguée et très riche, était aussi très chrétienne, et la première éducation de l’enfant fut excellente. Après de fortes études, il entra comme conseiller au Parlement de Flandre, où son père était premier président et son frère Alexandre, procureur général.

Au XVIIIe siècle, les membres du Parlement faisaient grande figure en France. Magnifiquement doué, Ladislas de Calonne pouvait aspirer aux dignités les plus hautes, aux plus éclatants succès.

Il le savait. Il aimait la gloire qui lui souriait, il aimait