Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Silhouettes Canadiennes


À L’HABITATION

(30 mai 1615)

A l’Habitation — frêle berceau de la Nouvelle-France — la nuit avait ramené le calme.

Les grands feux de joie, allumés à l’arrivée de Champlain et des missionnaires, éclairaient encore la rive sauvage, mais les acclamations, les coups de fusil, les bruyantes allées et venues avaient cessé. Avec un bruit de chaînes, on avait relevé le pont-levis jeté sur le fossé qui entourait et protégeait les trois corps de logis.

Sur la pointe de Québec, l’on n’entendait plus que le roulis des eaux du Saint-Laurent, que les longs frémissements dont s’emplissait l’espace, quand le vent passait sur la forêt virginale, aux limites inconnues.

À l’Habitation, le silence s’était vite fait. Aucune lumière ne brillait plus aux fenêtres étroites et hautes ; mais, de