Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
à l’habitation

le premier coup de hache à un noyer de la forêt, et il n’y a encore d’ensemencé que le petit jardin que vous avez vu tantôt au bord de l’eau.

Il se leva brusquement et se mit à marcher de long en large dans la salle. Par les fenêtres ouvertes, avec les grands souffles frais, des rumeurs puissantes arrivaient du fond des solitudes.


— Mon Père, écoutez, dit Champlain reprenant sa place, écoutez… c’est la respiration du désert. La Nouvelle-France n’est encore qu’une forêt. Ah ! mon Dieu ! le soir du 3 juillet 1608, les choses m’apparaissaient bien autrement… Ce soir-là, les beaux rêves que je fis, en regardant le feu qui flambait à travers les souches… Il me semblait que je sentais la terre se réjouir… Ce rameau de France que je venais de planter, comme je le voyais grandir ! Et ce n’est encore qu’un germe tout près de terre.

— Laissez faire… il grandira, dit fermement le religieux.

— Laissez faire ? Ah ! oui, il le faut bien… En faisant valoir les avantages de la traite avec les sauvages, j’ai réussi à former des compagnies. Mais ces marchands ne songent qu’à troquer leurs bibelots contre les belles fourrures… Puis je serai bientôt usé de corps et d’âme.

Sa souplesse vigoureuse, la flamme de ses yeux noirs disaient éloquemment le contraire. Mais le Récollet avait vu bien des forts tomber avant l’heure. Il fut ému et dit avec une douceur pénétrante :

— Monsieur, pour qui se dévoue à une grande œuvre, il est bien dur de n’être qu’un homme. C’est sûr… Mais vous n’avez pas regardé à la peine… Vous n’avez pas eu en vue cette légère fumée qui s’appelle la gloire… Votre œuvre est une œuvre de foi… Tout est là. Dieu fera le