Page:Conan - Un amour vrai, circa 1897.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24

toujours ce qu’elle pense, et un instant après, elle ajouta : — Je voudrais bien savoir pourquoi il est ce soir aussi grave, aussi recueilli qu’un jésuite qui sort de retraite.


21 août.

Comme j’ouvrais ma fenêtre ce matin, un bouquet adroitement lancé tomba à mes pieds. — Remerciez-moi, dit Francis, quand nous nous rencontrâmes. — Je remerciai, mais avec des restrictions sur la manière d’offrir les fleurs. Il m’écouta avec ce sourire qui éclaire son visage — et mon cœur aussi.

— Si vous saviez, me dit-il, depuis combien de temps j’attendais pour vous l’offrir.

Et il chanta à demi-voix :

À l’heure où s’éveille la rose,
Ne dois-tu pas te réveiller ?

J’ai porté son bouquet à l’église, je veux qu’il se fane devant le saint sacrement, et quand il sera flétri, j’irai le reprendre pour le conserver toujours. Seigneur Jésus, vous êtes au milieu de nous et il ne vous connaît pas. Il ne croit pas au mystère de votre amour. Mais vous pouvez lui ouvrir les yeux de l’âme, et le faire tomber croyant et ravi à vos pieds.

Aujourd’hui, je suis allée voir une jeune fille morte la nuit dernière. J’avais besoin de me pénétrer de quelque grave pensée, car j’étais comme enivrée de mon bonheur. Je restai long-