Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Surpris de ce phénomene, il les regardoit, il les touchoit ; & il demandoit quel eſt le ſens qui me trompe ? Eſt-ce la vue ou le toucher ?

à la vue d’un portrait en miniature. Mais un prodige pour lui, ce fut le portrait en miniature de ſon pere. Cela lui paroiſſoit auſſi extraordinaire, que de mettre un muid dans une pinte : c’étoit ſon expreſſion. Son étonnement avoit pour cauſe l’habitude que ſon œil avoit priſe, de lier la forme à la grandeur d’un objet. Il ne s’étoit pas encore accoutumé à juger que ces deux choſes peuvent être ſéparées.

Prévention où il étoit. Nous avons du penchant à nous prévenir, & nous préſumons