Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


loigner de lui, & à les voir ſur les objets dont il connoît lui-même la grandeur, la figure & la ſituation.

La Statue juge cette ſurface loin d’elle. Par curioſité, ou par inquiétude, la Statue continue de porter la main devant ſes yeux : elle l’éloigne, elle l’approche ; & la ſurface qu’elle voit, en eſt plus lumineuſe ou plus obſcure. Auſſi-tôt elle juge que le mouvement de ſa main eſt la cauſe de ces changemens ; & comme elle ſait qu’elle la meut à une certaine diſtance, elle ſoupçonne que cette ſurface n’eſt pas auſſi près d’elle qu’elle l’a crue.

Elle voit les couleurs ſur les corps. Alors elle touche par haſard un corps qu’elle a devant