Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


coup-d’œil qu’on jette ſur un tableau, on le voit fort imparfaitement : mais on porte la vue d’une figure à l’autre, & même on n’en regarde pas une toute entiere. Plus on la fixe, plus l’attention ſe borne à une de ſes parties : on n’apperçoit, par exemple, que la bouche.

Par-là, nous contractons l’habitude de parcourir rapidement tous les détails du tableau ; & nous le voyons tout entier, parce que la mémoire nous préſente à la fois tous les jugemens, que nous avons portés ſucceſſivement.

Mais cela eſt encore très-borné à notre égard. Si j’entre, par