Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 18, 1841.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grande importance. Dans le fait, un grand nombre de nos ecclésiastiques commencent à croire qu’il n’y a ni dessus ni dessous à la terre, si ce n’est en ce qui concerne la surface ; ainsi il n’y a pas une grande difficulté sur ce point.

— Vous ne voudrez pas me faire croire, mon père, qu’un homme puisse marcher la tête en bas ? Par saint François, il faut que vos habitants du Cathay aient des griffes comme les chats ? sans quoi ils tomberaient sur-le-champ.

— Où tomberaient-ils, don Luis ?

— Où, père Pedro ? — Dans Tophet, — dans le puits sans fond. — Il est impossible que des hommes marchent la tête en bas et les pieds en haut, sans autre appui que l’atmosphère. — Les caravelles doivent donc aussi voguer sur leurs mâts, et ce serait un singulier mode de navigation. Mais qui empêcherait la mer de sortir de son lit, de tomber sur les feux de l’enter et de les éteindre ?

— Mon fils Luis, dit le moine d’un ton grave, vous portez trop loin la légèreté de vos discours. Mais puisque l’opinion de Colon vous paraît si ridicule, quelle idée vous faites-vous de la forme de la terre, que Dieu a honorée de son esprit et de sa présence ?

— Qu’elle est aussi plate que le bouclier du Maure que j’ai tué dans la dernière sortie ; et il est aussi plat que l’acier peut rendre le fer.

— Crois-tu qu’elle ait des limites ?

— Oui, sans doute, — et s’il plaît à Dieu et à doña Mercédès de Volverde, je les verrai avant de mourir.

— Tu t’imagines donc qu’il y a un bord, un précipice tout le long des quatre côtés de la terre, que l’homme peut y atteindre, et que lorsqu’il y est arrivé, son œil peut plonger dans l’abîme comme du haut d’une plate-forme prodigieusement élevée ?

— Votre pinceau ne fait rien perdre à ce tableau, mon père ; je n’y ai jamais songé jusqu’ici, et pourtant on croirait qu’il doit y avoir quelque endroit semblable. Par saint Ferdinand, ce serait une place capable de mettre à l’épreuve la fermeté de don Alonzo de Ojeda lui-même ! Il pourrait, debout à l’extrémité de la terre, mettre le pied sur un nuage et jeter une orange à la lune.

— Je crains que tu n’aies pensé que bien rarement aux choses sérieuses, Luis ; quant à moi, l’opinion et le projet de Colon ne me semblent, pas sans mérite. Je n’y vois que deux objections