Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des brasses de corde, à couper, à faire des nœuds et des épissures. Je m’amusai de leur ardeur, qui ne se ralentit pas un seul instant, jusqu’au moment où l’on vint m’interrompre. C’était une nouvelle visite qui m’arrivait. J’attendais mon homme d’affaires, ou M. Harrison ; mais le lecteur jugera de ma surprise quand je vis entrer André Drewett. Il était accompagné du concierge de la prison, qui tenait une lettre à la main, et qui me rendit stupéfait en me disant :

— Capitaine Wallingford, j’ai ordre de vous ouvrir la porte, — la caution exigée a été fournie.

Puis il se retira.

— Et c’est à vous que j’en suis redevable, monsieur André Drewett !

— Je voudrais de tout mon cœur pouvoir le dire, mon cher Monsieur, répondit André en me serrant cordialement la main ; et j’aurais eu bien peu de mérite, lorsque je vous dois la vie, à venir vous offrir de vous rendre un si faible service. Mais que l’honneur en revienne à qui de droit. C’est miss Hardinge qui a eu l’idée la première, et mon bonheur est qu’elle ait bien voulu me choisir pour la seconder.

Ces paroles furent prononcées du ton le plus franc et le plus ouvert, et jamais je n’avais vu André Drewett sous un jour si favorable. D’un physique agréable, il avait en même temps des manières distinguées et un air aimable et spirituel. Il n’avait qu’un défaut à mes yeux, c’était la préférence que Lucie avait pour lui.

— Lucie n’oublie pas nos relations d’enfance, dis-je un peu confus. En me quittant, elle m’a annoncé l’intention de faire quelque chose de ce genre, quoique, je l’avoue, je ne fusse pas exactement préparé à ce qui m’arrive. Votre sort est digne d’envie, monsieur Drewett !

André parut embarrassé. Il me regarda, rougit, tourna la tête du côté de la fenêtre, puis faisant un grand effort sur lui-même pour reprendre son sang-froid :

— Vous croyez ? me dit-il ; vous supposez peut-être, Wallingford, que je suis encouragé à concevoir quelques espérances ?

— Des espérances ! il me semble que tout ce que j’apprends, tout ce que j’ai vu, le fait même qui vous amène ici est assez significatif.

— Eh bien ! vous vous trompez. Je n’ai pas le bonheur de pos-