Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Il y a parmi nous des hommes qui n’ont pas la moindre idée des convenances. Comment est-il possible que ce faquin ait un instant rêvé qu’une jeune personne de rang et de fortune s’allierait à lui, sans même le connaître à peine ? Je crois qu’Henriette ne lui a pas parlé dix fois dans sa vie.

— Pas cinq fois, Monsieur, et encore à peine quelques paroles ont-elles été échangées entre nous.

— Et vous avez sans doute répondu à cette lettre, ma chère, demanda ma grand’mère ? Une réponse était due, quoiqu’il eût mieux valu peut-être qu’elle vînt de votre tuteur.

— J’ai répondu moi-même. Madame, ne voulant pas prêter à rire dans cette affaire. J’ai refusé l’honneur que voulait me faire M. Newcome.

— Eh bien, s’il faut dire la vérité, reprit Patt à son tour, j’ai fait la même chose il y a trois semaines.

— Et moi il y a huit jours, dit Anne Marston.

Jamais, je crois, je ne vis mon oncle Ro si affecté. Pendant que tout le monde riait autour de lui, il conservait un air grave et même farouche. Puis il se tourna tout à coup vers moi, et s’écria :

— Il faut le laisser pendre, Hughes. Quand même il vivrait mille ans, il n’apprendrait jamais à se conduire convenablement.

— Vous y réfléchirez, Monsieur, et vous deviendrez plus indulgent. Cet homme a eu une noble audace. Mais j’avoue que j’ai un vif désir de savoir si mademoiselle Warren seule a évité ses propositions ?

Mary, la charmante Mary rougit profondément, secoua la tête, et refusa de répondre. On voyait bien que ce n’était pas chez elle une affaire de sentiment ; mais il y avait évidemment quelque chose de plus sérieux dans les égards de Sénèque envers elle que dans toutes ses adresses épistolaires aux autres. Il avait réellement une sorte d’affection pour Mary, et en considération de son bon goût sous ce rapport, je me sentais prêt à lui pardonner ses hardies tentatives envers les autres. Mais Mary ne voulut rien nous dire à cet égard.

— Il ne faut pas donner tant d’importance à cette affaire, dit-elle, car ce n’est, après tout, qu’agir selon le grand principe des anti-rentistes. Dans un cas, l’on désire avoir à bon marché de bonnes fermes, dans l’autre de bonnes femmes.

— Il faut laisser agir la loi, et faire pendre ces hommes, reprit