Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE CID. ACTE V. SCENE PREMIERE.

Don Rodrigue, Chimène.



Chimène.

Quoi ! Rodrigue, en plein jour ! d’où te vient cette audace ?
Va, tu me perds d’honneur ; retire-toi, de grâce.


Don Rodrigue.

Je vais mourir, Madame, et vous viens en ce lieu,
Avant le coup mortel, dire un dernier adieu :
Cet immuable amour qui sous vos lois m’engage
N’ose accepter ma mort sans vous en faire hommage.


Chimène.

Tu vas mourir !


Don Rodrigue.

Tu vas mourir ! Je cours à ces heureux moments
Qui vont livrer ma vie à vos ressentiments.


Chimène.

Tu vas mourir ! Don Sanche est-il si redoutable
Qu’il donne l’épouvante à ce cœur indomptable ?
Qui t’a rendu si foible, ou qui le rend si fort ?
Rodrigue va combattre, et se croit déjà mort !

 l.Var. CHIMÈNE, DON RODRIGUE. (1638 P.)
2. Var. Avant ce coup mortel, dire un dernier adieu. (1644 in-4°)
3. Var. Mon amour vous le doit, et mon cœur qui soupire
N’ose sans votre aveu sortir de votre empire.
[CHIM. Tu vas mourir ! ] DON RODR. J’y cours, et le Comte est vengé,
Aussitôt que de vous j’en aurai le congé. (1637-56)