Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 9.djvu/123

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dieu les écrira tous en son livre de vie :
Ils ne mourront ici que pour revivre mieux ;
Et cette heureuse loi qu’en terre ils ont suivie
Les réunira dans les cieux.

Du Seigneur cependant attachés à la voie,
Dans les glorieux murs de la sainte cité,
Tous marquent à l’envi par l’excès de leur joie
Celui de leur félicité.

Gloire au Père éternel, la première des causes !
Gloire au Verbe incarné ! gloire à l’Esprit divin !
Et telle qu’elle étoit avant toutes les choses,
Telle soit-elle encor sans fin !

Antienne. Tels que des gens tous comblés de joie, tels sont ceux qui demeurent en vous, sainte mère de Dieu.

℣. La grâce est répandue en vos lèvres.
℟. C’est pourquoi Dieu vous a bénie à l'éternité.
Notre Père, etc. (Tout bas.)
(L’absolution et les trois leçons sont après le troisième nocturne[1].)
POUR LE III. NOCTURNE.

(Les trois psaumes suivants se disent le mercredi et le samedi.)

Antienne. Réjouissez-vous, vierge Marie.

PSAUME XCV.

Qu’on fasse résonner dans un nouveau cantique
Les éloges du roi des rois :
Formez, terre, à sa gloire un concert magnifique,
Unissez-y toutes vos voix.

  1. *Voyez ci-après, p. 120-125.