Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 9.djvu/89

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’ORAISON DOMINICALE.

Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié. Que votre règne arrive. Que votre volonté se fasse en la terre, comme elle se fait au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; et nous remettez nos dettes, comme nous les remettons à nos débiteurs ; et ne nous laissez pas tomber dans la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

LA SALUTATION ANGÉLIQUE.

Je vous salue, Marie, pleine de grâce : le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, le fruit de votre ventre, est béni.

Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous autres pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort, Ainsi soit-il.

LE SYMBOLE DES APÔTRES,

Je crois en Dieu, le père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ; et en Jésus-Christ, son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, et est né de la Vierge Marie ; qui a enduré sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, et a été enseveli ; qui est descendu aux enfers, et est ressuscité d’entre les morts le troisième jour ; qui est monté aux cieux, et y est assis à la dextre[1] de Dieu, le père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église catholique, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, et la vie éternelle. Ainsi soit-il.

  1. Voyez ci-dessus, p. 51, note 1