Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


AVERTISSEMENT.

��L'originalité de cette édition, si l'on veut bien lui en recon- naître une, c'est de tenir le milieu entre une édition complète et une édition restreinte des œuvres dramatiques de Corneille. Après l'édition monumentale de M. Marty-Laveaux (Collection des Grands Écrivains), il ne faut plus songer à renouveler une matière définitivement épuisée, du moins au point du vue de l'érudition, car les questions littéraires restent ouvertes, et nous avons essayé de les éclairer, sinon de les résoudre, dans des introductions développées, placées eo tête des huit pièces que nous donnons dans leur entier. D'autre part, la critique moderne a brisé le cercle étroit où la gloire de Corneille était comme emprisonnée : on comprend que, pour pénétrer à fond le génie d'un poète, il faut embrasser son œuvre dans son ensemble. Comment le faire, lorsqu'il s'agit dune œuvre immense et mêlée telle que l'œ.uvre cornélienne? Tout n'y est pas d'égale valeur; mais il est peu de pièces dont on ne puisse dégager quelque belle scène ou quelques beaux vers. Il nous a paru qu'il ne suf- fisait pas de joindre Pompée, le Menteur, Rodogune, Nicomédgf au quatuor consacré du Cid, d'Horace, de Cinna, de Polyeucte : toutes les autres pièces de Corneille sont l'objet d'une étud» analytique, qui épargnera au public, surtout au public universi- taire, le long ennui d'une lecture souvent laborieuse. A vrai dire, en ces quatre volumes on aura tout Corneille, puisqu'on y trou- vera tout ce qui mérite de survivre, de Mélite à Suréna. C'est ainsi

�� �