Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
165

régularité. Il semble bien qu’elles s’imposent. Le bon sens les appuie. C’est devenu une sorte de lieu commun de faire leur éloge. Il n’est guère de congrès scientifique traitant la question des exercices physiques d’où ne sorte la double recommandation de les maintenir dans les limites du dosage et de la régularité. Remarquons pourtant que ces qualités-là sont un peu négatives, un peu vieillottes. Leur domination enlèvera à la pratique des sports beaucoup de l’énergie, de la spontanéité, de l’élasticité qui doivent s’y manifester. Le vrai « débrouillard » prend l’occasion comme elle s’offre, l’effort comme il se présente ; il ne les mesure pas, ne les soupèse pas avant de se décider à l’action. Et voilà une des parts les plus précieuses du patrimoine moral des sports qui serait endommagée si on allait se mettre à traiter l’effort comme une médecine, avec un compte-gouttes. Le dosage et la régularité, cela peut encore se préconiser au point de vue physiologique pur ; mais le point de vue psychique a une importance énorme en cette