Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
13

rage et un sang-froid circonstanciels. Mais nous en avons de nombreux exemples dans les métiers manuels. Le couvreur sur son toit déploie un sang-froid extraordinaire, le fort de la halle beaucoup de courage ; pourtant cela ne veut pas dire que ces qualités continueront leurs manifestations lorsque le couvreur sera descendu, ou que le coltineur aura déposé son fardeau.

« Nous acquérons avec une facilité relative les qualités qui nous sont nécessaires pour accomplir un acte donné. L’obligation ou la fantaisie les font naître et l’habitude les fixe en nous, mais elles y demeurent en quelque sorte localisées ou plutôt spécialisées. Elles se manifestent dans des circonstances données, pour un but donné, toujours les mêmes. Le difficile est de les étendre à toutes les circonstances, à tous les buts. »

C’est alors que nous devons substituer la volonté à l’habitude. « La volonté ! voilà ce qui féconde le sport et le transforme en un merveilleux instrument de « virilisation ». Dans bien des métiers, la limite de l’effort utile est atteinte assez rapidement et il est inutile de tenter davantage. Un ouvrier intelligent cher-