Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume II.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
préambule

L’enseignement analytique possède à cet égard la plus complète élasticité : il permet aussi bien un exposé rapide d’une ou deux années qu’une succession d’études détaillées. Nous estimons que, régulièrement, il doit couvrir une période de quatre années : de onze à quinze ou de douze à seize, succédant à une période primaire bien nourrie, sans vues générales et la même pour tous. Cette brièveté de l’enseignement secondaire tel que nous le concevons répond aux exigences de la vie moderne, pressée le plus souvent de devenir pratique et rémunératrice.

On entend bien que tout l’esprit de l’enseignement est changé. Il ne s’agit pas, pour ce qui concerne les mathématiques, par exemple, de mettre l’adolescent à même d’en faire usage, mais simplement de l’amener à comprendre à quoi et comment elles servent. En regard de cette connaissance, que vaut de pouvoir tant bien que mal démontrer un théorème ?

On nous objectera d’emblée qu’il n’existe ni professeurs susceptibles de donner l’enseignement