Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 63 —

délicate. Veut-on savoir comment fonctionnait ce mécanisme d’aspect un peu compliqué ? Ouvrons les Sports Athlétiques du 24 octobre 1891. Nous y voyons que le Comité de l’Union s’est réuni le samedi soir, 17 octobre, au siège de l’Union, rue Montmartre, qu’il a reconnu de nouvelles sociétés, décidé la création d’un championnat de football interclubs, arrêté le programme des M. Gréard
m. gréard
de l’Académie Francaise
Vice-recteur de l’Université de Paris
réunions de 1891-1892 et estimé à 6.000 francs le montant des crédits nécessaires pour l’exécution de ce programme. Le lendemain matin, 18 octobre, le Conseil de l’Union s’est réuni à l’École des Sciences politiques sous la présidence de M. de Janzé. Il a examiné à son tour le programme arrêté par le Comité, l’a approuvé et a voté le crédit de 6.000 francs demandé. Enfin, il a reçu de nouveaux membres honoraires et enregistré l’acquiescement de Mgr le grand-duc Wladimir à sa nomination de membre d’honneur. Les membres du Conseil étaient alors MM. de Janzé, Reichel, Dalimier, proviseur du lycée Michelet, Fringnet, proviseur du lycée Lakanal, Godart, directeur de l’École Monge, le marquis de Jaucourt, le docteur Lagrange, Ed. Manœuvrier, le comte Jacques de Pourtalès et Richefeu, auxquels s’adjoignaient les membres du Comité délégués par les sociétés affiliées. C’étaient MM. Gondinet, Marcadet, Champ, Heywood, Jung, Lantz, de Pallissaux, Périllier, Saint-Chaffray, Vannacque, Waroquet et moi.

À cette séance du 17 octobre que je viens de rappeler, fut votée une médaille commémorative à offrir à M. de Saint-Clair en reconnaissance des services rendus par lui à l’Union. Quels efforts pour obtenir ce vote ! Au Racing, l’animosité dépassait toutes