Page:Crémieux et Blum, Bagatelle.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BAGATELLE.

Eh bien, maintenant, sortez… mais faites bien attention à ne pas réveiller toute la maison, et ne dites pas mon nom trop haut à mon concierge. (Elle prend la lumière et va ouvrir la porte.)


GEORGES, à part.

M’en aller comme ça, sans… Elle n’a donc pas d’imagination ! (Se donnant des coups de poing.) Capon, va ! (Haut.) Madame, laissez-moi seulement vous dire que je suis bien malheureux, allez ! vous ne vous figurez pas… vous ne pouvez pas vous figurer à quel point… (Leurs yeux se rencontrent. Même jeu.) Oui, madame !


BAGATELLE, près de la porte du fond.

Quand vous voudrez, monsieur !


GEORGES.

Mais enfin, madame, pourquoi me chassez-vous sans savoir seulement ce que je viens vous demander.


BAGATELLE, pose la lampe sur le coffre à bois qui se trouve entre la fenêtre et la porte du fond.

Et que venez-vous me demander ?


GEORGES.

Votre amitié


BAGATELLE, riant.

Ah ! ah ! ah ! mon amitié, par la fenêtre, à cette heure-ci ! Tenez, mon petit jeune homme, vous avez l’air naïf et intéressant ; je vais vous donner un conseil ne demandez jamais aux femmes à être leur ami.


GEORGES.

Pourquoi ça ?


BAGATELLE.

Parce que c’est un vieux moyen, et qu’elles le connais-