Page:Crémieux et Blum, Bagatelle.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BAGATELLE.
––––––––C’est vraiment ridicule !

GEORGES.
––––––––Forte, fortissimo.

BAGATELLE.
–––––––Ah ! là, dans ce coffre à bois…

(Elle rentre, et en sort des rideaux de damas, qu’elle jette par terre ainsi que d’autres objets.)


GEORGES.
––––––––Ça brûle, brûle, brûle.

BAGATELLE.
––––––Bien ! rien sur cette cheminée.

GEORGES.
––––––Piano, piano, vous êtes éloignée.

BAGATELLE.
––––––Mon Dieu, j’enrage.

GEORGES.
––––––Mon Dieu, j’enrage. Bravo
––––––Bravo, bravo, bravissimo,
––––––Forte, forte, fortissimo,
––––––Crescendo, forte, fortissimo.
––––––Ça brûle…

BAGATELLE.
––––––Ça brûle… Mes clefs !

GEORGES.
–––––––Ça brûle ! Fortissimo !

(Il jette la pincette.)

–––––––Sur mon cœur, venez les prendre.
–––––––C’est là, venez les chercher !