Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


16 CHAPITRE !•'. — PRIMAUTÉ D'ATHÈNES

dre l'atticisme exclut en effet ou néglige quelques-unes des plus nobles qualités attiques:elle ne tient pas compte de la force de l'imagination, de l'abondance du sentiment, des mouvements de la passion, de l'étendue et de la pro- fondeur des vues, de la vigueur du raisonnement, c'est- à-dire en somme des choses que nous admirons le plus chez les grands attiquos. Elle oublie Eschyle, elle rape- tisse Thucydide, elle méconnaît Platon, elle défigure D6- mosthène^ En revanche, comme elle a pour objet un idéal plutôt qu'une réalité et que cet idéal est d'ailleurs entrevu à travers des idées modernes, elle prête à l'antiquité des mérites qui ne sont pas tout à fait les siens. Elle adoucit son âpreté naïve, elle la fait plus délicate au point de vue moral, plus discrète en bien des choses qu'elle ne Ta été réellement. Doublement inexacte en somme, par ce qu'elle ajoute à la vérité et par ce qu'elle en laisse de côté.

L'histoire explique mieux les choses que l'abstraction. Antérieurement à la période attîque, les qualités diverses du génie grec s'étaient développées en plusieurs lieux, dans des conditions variées. Athènes, en appelant à elle toutes les forces de l'art et de la littérature, en les ras- semblant comme dans un foyer, les excita et les tempéra les unes par les autres. Déjà auparavant, son génie avait par lui-même quelque chose d'intermédiaire entre les di- versités, plus ou moins tranchées, des autres peuples grecs. Cela même la rendit éminemment propre à ce rôle de conciliation. Ainsi l'imagination hellénique se montra chez elle plus concentrée dans sa force, plus judicieuse dans sa hardiesse, plus discrète dans sa liberté, plus élé- gante dans sa précision, plus avisée dans sa naïveté qu'elle ne l'avait encore été nulle part ailleurs. La ré-

1. M. Jules Girard, dans son ouvrage si justement estimé sarVAt- ticisme de Lysias, a élargi, comme il convient, la définition de l'atti- cisme. Mais il faut reconnaître que ce sens large n'est pas celui que l'usage a consacré.

�� �