Page:Désaugiers - Chansons choisies, 1861.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


CHANSONS CHOISIES
DE
DÉSAUGIERS




CHANSON À MANGER



Aussitôt que la lumière
Vient éclairer mon chevet,
Je commence ma carrière
Par visiter mon buffet ;
À chaque mets que je touche,
Je me crois l’égal des dieux ;
Et ceux qu’épargne ma bouche
Sont dévorés par mes yeux.

Boire est un plaisir trop fade
Pour l’ami de la gaîté ;
On boit lorsqu’on est malade,
On mange en bonne santé.
Quand mon délire m’entraîne,
Je me peins la Volupté
Assise, la bouche pleine,
Sur les débris d’un pâté.

À quatre heures, lorsque j’entre
Chez le traiteur du quartier,
Je veux toujours que mon ventre
Se présente le premier.
Un jour, les mets qu’on m’apporte
Sauront si bien l’arrondir,
Qu’à moins d’élargir la porte
Je ne pourrai plus sortir.

Un cuisinier, quand je dîne,
Me semble un être divin
Qui, du fond de sa cuisine,
Gouverne le genre humain.
Qu’ici-bas on le contemple
Comme un ministre du ciel,
Car sa cuisine est un temple
Dont les fourneaux sont l’autel !

Mais sans plus de commentaires,
Amis, ne savons-nous pas
Que les noces de nos pères
Finirent par un repas ?
Qu’on vit une nuit profonde
Bientôt les envelopper,
Et que nous vînmes au monde,
À la suite du souper ?

Je veux que la mort me frappe
Au milieu d’un grand repas,
Qu’on m’enterre sous la nappe,
Entre quatre larges plats…
Et que sur ma tombe on mette
Cette courte inscription :
Ci-gît le premier poète
Mort d’une indigestion.