Page:D’Alembert - Œuvres complètes, éd. Belin, V.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les personnages, quelque fidélité que je pense que vous ayez mise dans votre traduction, j’ai peine à croire qu’en certains endroits l’original soit aussi mauvais qu’il le paraît dans cette traduction. Il y a un endroit, par exemple, où vous faites dire à un des acteurs, mes braves gentilshommes ; il y a apparence que l’anglais porte gentlemen, ou peut-être worthy gentlemen, expression qui ne renferme pas l’idée de familiarité qui est attachée dans notre langue à celle-ci, mes braves gentilshommes. Vous savez d’ailleurs mieux que moi que gentlemen en anglais ne signifie pas ce que nous entendons par gentilhomme. Vous faites dire à un des conjurés, après l’assassinat de César, l’ambition vient de payer ses dettes : cela est ridicule en français, et je ne doute point que cela ne soit fidèlement traduit ; mais cette façon de parler est-elle ridicule en anglais ? je m’en rapporte à vous pour le savoir. Si je disais de quelqu’un qui est mort, il a payé ses dettes à la nature, je m’exprimerais ridiculement ; cependant la phrase latine correspondante, naturæ solvit debitum, n’aurait rien de répréhensible. Vous sentez bien, mon cher maître, que je ne fais en tout ceci que vous proposer mes doutes ; je sais très médiocrement l’anglais ; je n’ai point l’orginal sous les yeux ; la présomption est pour vous à tous égards ; et moi-même tout le premier je parierais pour vous contre moi : mais comme l’anglais et le français sont deux langues vivantes, et dans lesquelles, par conséquent, on connaît parfaitement ce qui est bas ou noble, propre ou impropre, sérieux ou familier, il est très important que dans votre traduction vous ayez conservé partout le caractère de l’original dans chaque phrase, afin que les Anglais ne vous reprochent pas ou d’ignorer la valeur des expressions dans leur langue, ou d’avoir défiguré leur idole, pour ne pas dire leur magot.

J’ai lu aussi dans l’imprimé la fin des notes sur Cinna. Le ton m’en paraît convenable et beaucoup mieux que dans les notes manuscrites. Vous pouvez tout dire, et vous ferez même très bien ; il ne s’agit que de la manière.

J’ai lu à l’Académie Française, le jour de la Saint-Louis, un morceau sur la poésie, et principalement sur l’ode : les partisans de Rousseau (qui n’en a plus guère) ne seront pas trop contents de moi, car j’ai osé dire que ce poète pensait peu, et que chez lui la partie du sentiment est nulle. Comme rien n’est plus vrai, les clameurs que cette décision pourra exciter ne m’inquiètent guère, d’autant que Rousseau n’a pas encore, comme Corneille, les honneurs de l’apothéose. J’ai trouvé occasion, dans le même écrit, de vous rendre la justice que vous méritez, à l’occasion de l’usage de la philosophie dans la poésie,