Page:D’Indy - César Franck, 1906.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
217
L’ÉDUCATEUR ET L’ŒUVRE HUMAIN

là, sa bienfaisante influence n’a cessé de se perpétuer, en sorte que ses disciples sont restés intimement unis sans qu’aucun nuage soit venu altérer leurs amicales relations.

Mais aussi, quel admirable professeur de composition ! — Quelle sincérité, quelle conscience dans l’examen des esquisses que nous lui présentions ! Impitoyable pour les vices de construction, il savait, sans un instant d’incertitude mettre le doigt sur la plaie, et lorsque, au cours de la correction, il en arrivait aux passages que nous considérions nous-mêmes comme douteux, bien que nous n’eussions eu garde de le prévenir, instantanément sa large bouche devenait sérieuse, son front se plissait, son attitude exprimait la souffrance… ; après avoir joué deux ou trois fois au piano le passage malencontreux, il levait alors son regard sur nous et laissait échapper le fatal : « Je n’aime pas ! » — Mais quand par hasard nous avions trouvé en nos balbutiements d’art quelque modulation neuve et logiquement amenée, quelque essai de forme pouvant présenter un certain intérêt, alors, satisfait et souriant, il se penchait vers nous en murmurant : « J’aime ! j’aime ! », et il était aussi heureux de nous donner cette marque d’approbation que nous nous sentions fiers de l’avoir méritée.