Page:D - La Comtesse de Lesbos, 1889.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


santes, et nous montrant enfin, quand elles rompent l’enlacement, leurs gorges frémissantes, berçant sur leurs mamelons soulevés la fraise mûre, qui a rougi sous l’étreinte qui vient de les unir.

Lola et Blanche s’élancent vers la comtesse, s’agenouillant la première devant, la seconde derrière. Agnès et Lison se précipitent aux pieds de la princesse. Agnès devant le chat, Lison le nez entre les fesses ; les quatre gougnottes inaugurent la douce fête dans les joyaux voisins, tandis que, debout, se faisant face, les deux mignonnes se penchent l’une vers l’autre, très inclinées, pour se prendre les lèvres par dessus les têtes des pourvoyeuses d’amour, qui les fêtent par devant. Cependant Mina, toujours au piano, joue la « Fileuse » de Mendelsohn ; la mignonne mérite bien qu’on la paye un peu de son dévouement ; je cours m’agenouiller devant elle, entre le piano et le tabouret, sur le bord duquel elle s’avance, pour offrir son chat à mon baiser, et, pendant que ses doigts courent sur l’ivoire, je prélude à mon tour sur son aimable clavier, dont l’unique touche vibre bientôt sous