Page:D - La Comtesse de Lesbos, 1889.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fallait pas en abuser, elle voulut recommencer tout de suite. « Ce sera ma vengeance, » dit-elle. Elle éprouva quatre fois jusqu’au jour, que si la vengeance est le plaisir des dieux, elle est aussi celui des déesses.

Elle n’eut pas un mot de reproche, pas une récrimination sur ce qui s’était passé, pas une allusion à ma brutalité. Son aversion pour les porte-verges, étant basée sur une erreur physiologique, que je venais de détruire, il était possible que mon traitement homéopathique l’eut guérie de son aversion, sans toutefois la guérir de sa passion dominante. En nous séparant au jour, il fut convenu que nous ne nous reverrions que le lendemain soir, avenue de Messine ; la comtesse devant regagner Paris le jour même.


Séparateur