Page:Dallet - Histoire de l'Église de Corée, volume 1.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des sexes par des noms différents ; ou bien on met les mots : siou, mâle ; am, femelle, devant le nom de l’espèce. Les petits des animaux se désignent, suivant l’espèce, par les mots sakki, atji, etc., ajoutés au nom ordinaire.

Les noms de métiers, professions, etc., se forment avec la particule koun qui correspond à la terminaison latine ator Ex. : il, ouvrage, il-koun, ouvrier ; namou, bois ; namou-koun, bûcheron ; tjim, faix, tjim-koun, portefaix ; norom, jeu, norom-koun, joueur. Le coréen étant une des langues qu’on nomme agglutinatives pour les distinguer des langues à flexions, n’a qu’une seule déclinaison. Elle est formée de neuf cas, ou, si l’on veut, de dix. En effet, par une particularité assez bizarre, le nominatif a une terminaison spéciale qui le distingue du nom pur et simple. Voici les terminaisons des différents cas :

Nominatif : i, le, la, quidam.
Instrumental : ro, par, quo, quâ.
Génitif : eué, de, du, de la.
Datif : éké, à, au, à la.
Accusatif : eul, le, la.
Vocatif : a, ô.
Locatif : é, en, sur, in, ubi.
Ablatif : ésiŏ, de, ex, ab, unde.
Déterminatif : eun, quant à.

Ces divers cas s’ajoutent au radical du nom de la manière suivante :

Lorsque le nom se termine par une voyelle, on insère avant la terminaison de l’accusatif, la lettre euphonique r ; avant celle du vocatif, la lettre i ; avant celle du déterminatif, la lettre n, et ce dernier cas s’écrit alors năn au lieu de neun, les deux sons étant presque identiques. Ex. :

sio, bœuf.
Nominatif : sio-i, le bœuf.
Instrumental : sio-ro, par le bœuf.
Génitif : sio-eué, du bœuf
Datif : sio-éké, au bœuf.
Accusatif : sio-(r)-eul, le bœuf.
Vocatif : iso-(i)-a, ô bœuf.
Locatif : sio-é, dans, sur le bœuf.
Ablatif : sio-ésiŏ, du bœuf.
Déterminatif : sio-(n)-ăn, quant au bœuf.

Nota. — 1o Si la voyelle finale est i ou l’une des diphthongues formées