Page:Dante Alighieri - La Vie nouvelle, traduction Durand Fardel.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

rassemblés la légende ? dirons-nous la malignité ?

Ce n’est sans doute pas dans les années qui ont suivi la mort de Béatrice. Ce n’est pas alors que nous les savons remplies par les études auxquelles il se livrait avec un tel entraînement, et par les préoccupations de la vie politique où il entrait, que nous pouvons lui attribuer avec quelque vraisemblance des habitudes de dissipation[1].

Lorsque la Béatrice du Purgatoire lui reprochait, sous le voile de l’allégorie, de s’être abandonné aux vanités du plaisir, alors qu’il n’avait plus l’excuse de la jeunesse et de l’inexpérience[2], Dante nous laisse clairement deviner que c’est au temps de sa maturité, c’est-à-dire de sa vie errante d’exilé, que doivent être rapportés ses faiblesses et ses remords.

Il est encore un point que je voudrais toucher.

On s’est plu à voir dans la Divine Comédie une construction architecturale (Giuliani) dont le plan aurait été arrêté par le Poète de temps en quelque

  1. Ozanam croit que le séjour de Dante à Paris doit être reporté entre 1294 et 1299, c’est-à-dire entre la mort de Béatrice et l’accession du poète au Priorat, et que c’est à cette époque qu’eurent lieu les désordres dont il s’accuse lui-même (Œuvres complètes, t. VI, p. 416). Ceci me paraît difficilement acceptable (Voir l’Épilogue).
  2. « Un petit oiseau, encore sans expérience, peut s’exposer deux ou trois fois aux coups du chasseur. Mais pour ceux qui ont déjà fatigué leurs ailes, c’est en vain qu’on tend les rets et qu’on lance la flèche » (chant XXXI du Purgatoire).