Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


camarades, en chantant la Marseillaise et le chant du Départ.


Mourir pour la Patrie,
C’est le sort le plus beau…


― Sacrée bande de polissons ! a crié l’autre soir le père Merlin, par sa fenêtre, comme nous passions devant chez lui en hurlant ça ; si vos parents n’étaient pas des ânes, il y a longtemps qu’ils vous auraient flanqués au lit à coups de martinet !

Quelle vieille canaille !