Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vont briller, éclatants témoignages de dévouement, sur la poitrine des sauveteurs, et comptez combien de noms d’anciens sous-officiers figurent sur les palmarès de l’honneur !

Pour les besoins de son infâme campagne de calomnies, M. Descaves veut nous faire croire que des gens qui font preuve, après avoir quitté l’uniforme, du désintéressement le plus méritoire, n’ont pas fait sous les drapeaux l’apprentissage de la vertu !

C’est se moquer de nous !

Non ! Les soldats d’aujourd’hui sont les dignes fils de leurs aînés et nous pourrions les voir, si des heures lugubres sonnaient encore pour les destinées de la Patrie, sacrifier jusqu’à l’or de leurs galons sur ses autels, et, semblables aux vétérans de l’An II, porter comme l’a dit Victor Hugo :


L’épaulette de laine et la dragonne en cuir !