Page:Darien - Le Voleur, Stock, 1898.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXVI

GENEVIÈVE DE BRABANT


Cela ne m’a pas servi à grand’chose, de m’appeler Durand pendant trois minutes, à Bruxelles. Le surlendemain de mon retour à Londres, Geneviève a fait irruption chez moi. Elle m’a accablé de reproches — et d’amabilités.

— Enfin ! te voilà ! En ai-je eu du mal, à te trouver ! M’en a-t-il fallu employer, des ruses d’Apache ! Heureusement que tu m’avais appris ton nom… Oh ! pas quand tu m’as quittée. Avant. Te rappelles-tu, lorsque j’étais cachée derrière le rideau ? Hein ? Te rappelles-tu ? « N’ayez pas peur. C’est moi, Randal. » Et dire que tu as eu l’audace de m’assurer, ensuite, que tu te nommais Durand ! Comme c’est gentil ! Après m’avoir entraînée, moi qui n’avais jamais failli… C’était presque un viol, tu sais. Tiens, tu es un monstre ! Si j’étais raisonnable, je ne t’embrasserais même pas. Mais je préfère ne pas être raisonnable… Tu ne l’aimes donc pas, ta petite femme ? ta petite femme qui t’aime tant ? Tu as donc oublié ce que tu me disais pour triompher de mes dernières