Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

sont de plus en plus favorisés et choisis, jusqu’à ce qu’enfin la complète séparation des sexes s’effectue. Il nous faudrait trop de place pour démontrer comment, par le dimorphisme ou par d’autres moyens, certainement aujourd’hui en action, s’effectue actuellement la séparation des sexes chez les plantes de diverses espèces. Mais je puis ajouter que, selon Asa Gray, quelques espèces de Houx, dans l’Amérique septentrionale, se trouvent exactement dans une position intermédiaire, ou, pour employer son expression, sont plus ou moins dioïquement polygames.

Examinons maintenant les insectes qui se nourrissent de nectar. Nous pouvons supposer que la plante, dont nous avons vu les sécrétions augmenter lentement par suite d’une sélection continue, est une plante commune, et que certains insectes comptent en grande partie sur son nectar pour leur alimentation. Je pourrais prouver, par de nombreux exemples, combien les abeilles sont économes de leur temps ; je rappellerai seulement les incisions qu’elles ont coutume de faire à la base de certaines fleurs pour en atteindre le nectar, alors qu’avec un peu plus de peine elles pourraient y entrer par le sommet de la corolle. Si l’on se rappelle ces faits, on peut facilement croire que, dans certaines circonstances, des différences individuelles dans la courbure ou dans la longueur de la trompe, etc., bien que trop insignifiantes pour que nous puissions les apprécier, peuvent être profitables aux abeilles ou à tout autre insecte, de telle façon que certains individus seraient à même de se procurer plus facilement leur nourriture que certains autres ; les sociétés auxquelles ils appartiendraient se développeraient par conséquent plus vite, et produiraient plus d’essaims héritant des mêmes particularités. Les tubes des corolles du trèfle rouge commun et du trèfle incarnat (Trifolium pratense et T. incarnatum) ne paraissent pas, au premier abord, différer de longueur ; cependant, l’abeille domestique atteint aisément le nectar du trèfle incarnat, mais non pas celui du trèfle commun rouge, qui n’est visité que par les bourdons ; de telle sorte que des champs entiers de trèfle rouge offrent en vain à l’abeille une abondante récolte de précieux nectar. Il est certain que l’abeille aime beaucoup ce nectar ; j’ai souvent vu moi-même, mais seulement en automne, beaucoup d’abeilles sucer les fleurs par des trous que les bourdons avaient pratiqués