Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Variations corrélatives. 155

tion bien adaptée aux pays qu’ils habitent. On constate, dans les traités sur plusieurs espèces de plantes cultivées, que certaines variétés supportent mieux tel climat que tel autre. On en trouve la preuve dans les ouvrages sur la pomologie publiés aux États-Unis ; on y recommande, en effet, d’employer certaines variétés dans les États du Nord, et certaines autres dans les États du Sud. Or, comme la plupart de ces variétés ont une origine récente, on ne peut attribuer à l’habitude leurs différences constitutionnelles. On a même cité, pour prouver que, dans certains cas, l’acclimatation est impossible, l’artichaut de Jérusalem, qui ne se propage jamais en Angleterre par semis et dont, par conséquent, on n’a pas pu obtenir de nouvelles variétés ; on fait remarquer que cette plante est restée aussi délicate qu’elle l’était. On a souvent cité aussi, et avec beaucoup plus de raison, le haricot comme exemple ; mais on ne peut pas dire, dans ce cas, que l’expérience ait réellement été faite, il faudrait pour cela que, pendant une vingtaine de générations, quelqu’un prît la peine de semer des haricots d’assez bonne heure pour qu’une grande partie fût détruite par le froid ; puis, qu’on recueillît la graine des quelques survivants, en ayant soin d’empêcher les croisements accidentels ; puis, enfin, qu’on recommençât chaque année cet essai en s’entourant des mêmes précautions. Il ne faudrait pas supposer, d’ailleurs, qu’il n’apparaisse jamais de différences dans la constitution des haricots, car plusieurs variétés sont beaucoup plus rustiques que d’autres ; c’est là un fait dont j’ai pu observer moi-même des exemples frappants.

En résumé, nous pouvons conclure que l’habitude ou bien que l’usage et le non-usage des parties ont, dans quelques cas, joué un rôle considérable dans les modifications de la constitution et de l’organisme ; nous pouvons conclure aussi que ces causes se sont souvent combinées avec la sélection naturelle de variations innées, et que les résultats sont souvent aussi dominés par cette dernière cause.

VARIATIONS CORRÉLATIVES.

J’entends par cette expression que les différentes parties de l’organisation sont, dans le cours de leur croissance et de leur