Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
190 Difficultés de la théorie.  

ne se perfectionnassent pour parer à cette nouvelle difficulté de leur existence.

Je ne vois donc aucune difficulté, surtout dans des conditions d’existence en voie de changement, à la conservation continue d’individus ayant la membrane des flancs toujours plus développée, chaque modification étant utile, chacune se multipliant jusqu’à ce que, grâce à l’action accumulatrice de la sélection naturelle, un parfait écureuil volant ait été produit.

Considérons actuellement le Galéopithèque ou lémur volant, que l’on classait autrefois parmi les chauves-souris, mais que l’on range aujourd’hui parmi les insectivores. Cet animal porte une membrane latérale très large, qui part de l’angle de la mâchoire pour s’étendre jusqu’à la queue, en recouvrant ses membres et ses doigts allongés ; cette membrane est pourvue d’un muscle extenseur. Bien qu’aucun individu adapté à glisser dans l’air ne relie actuellement le galéopithèque aux autres insectivores, on peut cependant supposer que ces chaînons existaient autrefois et que chacun d’eux s’est développé de la même façon que les écureuils volants moins parfaits, chaque gradation de conformation présentant une certaine utilité à son possesseur. Je ne vois pas non plus de difficulté insurmontable à croire, en outre, que les doigts et l’avant-bras du galéopithèque, reliés par la membrane, aient pu être considérablement allongés par la sélection naturelle, modifications qui, au point de vue des organes du vol, auraient converti cet animal en une chauve-souris. Nous voyons peut-être, chez certaines Chauves-Souris dont la membrane de l’aile s’étend du sommet de l’épaule à la queue, en recouvrant les pattes postérieures, les traces d’un appareil primitivement adapté à glisser dans l’air, plutôt qu’au vol proprement dit.

Si une douzaine de genres avaient disparu, qui aurait osé soupçonner qu’il a existé des oiseaux dont les ailes ne leur servent que de palettes pour battre l’eau, comme le canard à ailes courtes (Micropterus d’Eyton) ; de nageoires dans l’eau et de pattes antérieures sur terre, comme chez le pingouin ; de voiles chez l’autruche, et à aucun usage fonctionnel chez l’Apteryx ? Cependant, la conformation de chacun de ces oiseaux est excellente pour chacun d’eux dans les conditions d’existence où il se trouve placé,