Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Degrés de stérilité. 321

les plantes se trouvent placées dans des conditions convenables ; l’intervention des insectes permet, en effet, des croisements faciles entre les différents individus et empêche l’influence nuisible d’une consanguinité trop rapprochée. On peut aisément se convaincre de l’efficacité du concours des insectes en examinant les fleurs des rhododendrons hybrides les plus stériles ; ils ne produisent pas de pollen et cependant les stigmates sont couverts de pollen provenant d’autres fleurs.

On a fait beaucoup moins d’expériences précises sur les animaux que sur les plantes. Si l’on peut se fier à nos classifications systématiques, c’est-à-dire si les genres zoologiques sont aussi distincts les uns des autres que le sont les genres botaniques, nous pouvons conclure des faits constatés que, chez les animaux, des individus plus éloignés les uns des autres dans l’échelle naturelle peuvent se croiser plus facilement que cela n’a lieu chez les végétaux ; mais les hybrides qui proviennent de ces croisements sont, je crois, plus stériles. Il faut, cependant, prendre en considération le fait que peu d’animaux reproduisent volontiers en captivité, et que, par conséquent, il n’y a eu que peu d’expériences faites dans de bonnes conditions : le serin, par exemple, a été croisé avec neuf espèces distinctes de moineaux ; mais, comme aucune de ces espèces ne se reproduit en captivité, nous n’avons pas lieu de nous attendre à ce que le premier croisement entre elles et le serin ou entre leurs hybrides soit parfaitement fécond. Quant à la fécondité des générations successives des animaux hybrides les plus féconds, je ne connais pas de cas où l’on ait élevé à la fois deux familles d’hybrides provenant de parents différents, de manière à éviter les effets nuisibles des croisements consanguins. On a, au contraire, habituellement croisé ensemble les frères et les sœurs à chaque génération successive, malgré les avis constants de tous les éleveurs. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, dans ces conditions, la stérilité inhérente aux hybrides ait été toujours en augmentant.

Bien que je ne connaisse aucun cas bien authentique d’animaux hybrides parfaitement féconds, j’ai des raisons pour croire que les hybrides du Cervulus vaginalis et du Cervulus Reevesii, ainsi que ceux du Phasianus colchicus et du Phasianus torquatus, sont parfaitement féconds. M. de Quatrefages constate