Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
348 Hybridité.  

variétés, et, pour la plupart, des variétés domestiques (on n’a entrepris que fort peu d’expériences sur les variétés naturelles), ce qui implique une variabilité récente, qui doit se continuer et s’ajouter à celle que provoque déjà le fait même du croisement. La légère variabilité qu’offrent les hybrides à la première génération, comparée à ce qu’elle est dans les suivantes, constitue un fait curieux et digne d’attention. Rien, en effet, ne confirme mieux l’opinion que j’ai émise sur une des causes de la variabilité ordinaire, c’est-à-dire que, vu l’excessive sensibilité du système reproducteur pour tout changement apporté aux conditions d’existence, il cesse, dans ces circonstances, de remplir ses fonctions d’une manière normale et de produire une descendance identique de tous points à la forme parente. Or, les hybrides, pendant la première génération, proviennent d’espèces (à l’exception de celles qui ont été depuis longtemps cultivées) dont le système reproducteur n’a été en aucune manière affecté, et qui ne sont pas variables ; le système reproducteur des hybrides est, au contraire, supérieurement affecté, et leurs descendants sont par conséquent très variables.

Pour en revenir à la comparaison des métis avec les hybrides, Gärtner affirme que les métis sont, plus que les hybrides, sujets à faire retour à l’une ou à l’autre des formes parentes ; mais, si le fait est vrai, il n’y a certainement là qu’une différence de degré. Gärtner affirme expressément, en outre, que les hybrides provenant de plantes depuis longtemps cultivées sont plus sujets au retour que les hybrides provenant d’espèces naturelles, ce qui explique probablement la différence singulière des résultats obtenus par divers observateurs. Ainsi, Max Wichura doute que les hybrides fassent jamais retour à leurs formes parentes, ses expériences ayant été faites sur des saules sauvages ; tandis que Naudin, qui a surtout expérimenté sur des plantes cultivées, insiste fortement sur la tendance presque universelle qu’ont les hybrides à faire retour. Gärtner constate, en outre, que, lorsqu’on croise avec une troisième espèce, deux espèces d’ailleurs très voisines, les hybrides diffèrent considérablement les uns des autres ; tandis que, si l’on croise deux variétés très distinctes d’une espèce avec une autre espèce, les hybrides diffèrent peu. Toutefois, cette conclusion est, autant que je puis le