Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/385

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Pauvreté des collections. 367

formation pourrait s’accumuler pendant une période de soulèvement, et, cependant, ne pas souffrir une trop grande dégradation à l’époque de sa lente émersion. Toutefois, son épaisseur ne pourrait pas être bien grande, car, en raison du mouvement ascensionnel, elle serait moindre que la profondeur de l’eau où elle s’est formée. Le dépôt ne serait pas non plus très solide, ni recouvert de formations subséquentes, ce qui augmenterait ses chances d’être désagrégé par les agents atmosphériques et par l’action de la mer pendant les oscillations ultérieures du niveau. M. Hopkins a toutefois fait remarquer que si une partie de la surface venait, après un soulèvement, à s’affaisser de nouveau avant d’avoir été dénudée, le dépôt formé pendant le mouvement ascensionnel pourrait être ensuite recouvert par de nouvelles accumulations, et être ainsi, quoique mince, conservé pendant de longues périodes.

M. Hopkins croit aussi que les dépôts sédimentaires de grande étendue horizontale n’ont été que rarement détruits en entier. Mais tous les géologues, à l’exception du petit nombre de ceux qui croient que nos schistes métamorphiques actuels et nos roches plutoniques ont formé le noyau primitif du globe, admettront que ces dernières roches ont été soumises à une dénudation considérable. Il n’est guère possible, en effet, que des roches pareilles se soient solidifiées et cristallisées à l’air libre ; mais si l’action métamorphique s’est effectuée dans les grandes profondeurs de l’Océan, le revêtement protecteur primitif des roches peut n’avoir pas été très épais. Si donc l’on admet que les gneiss, les micaschistes, les granits, les diorites, etc., ont été autrefois nécessairement recouverts, comment expliquer que d’immenses surfaces de ces roches soient actuellement dénudées sur tant de points du globe, autrement que par la désagrégation subséquente complète de toutes les couches qui les recouvraient ? On ne peut douter qu’il existe de semblables étendues très considérables ; selon Humboldt, la région granitique de Parime est au moins dix-neuf fois aussi grande que la Suisse. Au sud de l’Amazone, Boué en décrit une autre composée de roches de cette nature ayant une surface équivalente à celle qu’occupent l’Espagne, la France, l’Italie, une partie de l’Allemagne et les Îles-Britanniques réunies. Cette région n’a pas encore été explorée avec tout