Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
370 Insuffisance des documents géologiques.  

pour la première fois au milieu d’une formation, il serait téméraire à l’extrême d’en conclure qu’elle n’a pas précédemment existé ailleurs ; de même qu’en voyant une espèce disparaître avant le dépôt des dernières couches, il serait également téméraire d’affirmer son extinction. Nous oublions que, comparée au reste du globe, la superficie de l’Europe est fort peu de chose, et qu’on n’a d’ailleurs pas établi avec une certitude complète la corrélation, dans toute l’Europe, des divers étages d’une même formation.

Relativement aux animaux marins de toutes espèces, nous pouvons présumer en toute sûreté qu’il y a eu de grandes migrations dues à des changements climatériques ou autres ; et, lorsque nous voyons une espèce apparaître pour la première fois dans une formation, il y a toute probabilité pour que ce soit une immigration nouvelle dans la localité. On sait, par exemple, que plusieurs espèces ont apparu dans les couches paléozoïques de l’Amérique du Nord un peu plus tôt que dans celle de l’Europe, un certain temps ayant été probablement nécessaire à leur migration des mers d’Amérique à celles d’Europe. En examinant les dépôts les plus récents dans différentes parties du globe, on a remarqué partout que quelques espèces encore existantes sont très communes dans un dépôt, mais ont disparu de la mer immédiatement voisine ; ou inversement, que des espèces abondantes dans les mers du voisinage sont rares dans un dépôt ou y font absolument défaut. Il est bon de réfléchir aux nombreuses migrations bien prouvées des habitants de l’Europe pendant l’époque glaciaire, qui ne constitue qu’une partie d’une période géologique entière. Il est bon aussi de réfléchir aux oscillations du sol, aux changements extraordinaires de climat, et à l’immense laps de temps compris dans cette même période glaciaire. On peut cependant douter qu’il y ait un seul point du globe où, pendant toute cette période, il se soit accumulé sur une même surface, et d’une manière continue, des dépôts sédimentaires renfermant des débris fossiles. Il n’est pas probable, par exemple, que, pendant toute la période glaciaire, il se soit déposé des sédiments à l’embouchure du Mississipi, dans les limites des profondeurs qui conviennent le mieux aux animaux marins ; car nous savons que, pendant cette même période de temps, de grands changements géographiques ont eu lieu dans d’autres parties de