Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/471

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Périodes glaciaires alternantes. 453

un des cas les plus étonnants qu’on connaisse en fait de distribution de plantes.

Sur l’Himalaya et sur les chaînes de montagnes isolées de la péninsule indienne, sur les hauteurs de Ceylan et sur les cônes volcaniques de Java, on rencontre beaucoup de plantes, soit identiques, soit se représentant les unes les autres, et, en même temps, représentant des plantes européennes, mais qu’on ne trouve pas dans les régions basses et chaudes intermédiaires. Une liste des genres recueillis sur les pics les plus élevés de Java semble dressée d’après une collection faite en Europe sur une colline. Un fait encore plus frappant, c’est que des formes spéciales à l’Australie se trouvent représentées par certaines plantes croissant sur les sommets des montagnes de Bornéo. D’après le docteur Hooker, quelques-unes de ces formes australiennes s’étendent le long des hauteurs de la péninsule de Malacca, et sont faiblement disséminées d’une part dans l’Inde, et, d’autre part, aussi loin vers le nord que le Japon.

Le docteur F. Müller a découvert plusieurs espèces européennes sur les montagnes de l’Australie méridionale ; d’autres espèces, non introduites par l’homme, se rencontrent dans les régions basses ; et, d’après le docteur Hooker, on pourrait dresser une longue liste de genres européens existant en Australie, et qui n’existent cependant pas dans les régions torrides intermédiaires. Dans l’admirable Introduction à la flore de la Nouvelle-Zélande, le docteur Hooker signale des faits analogues et non moins frappants relatifs aux plantes de cette grande île. Nous voyons donc que certaines plantes vivant sur les plus hautes montagnes des tropiques dans toutes les parties du globe et dans les plaines des régions tempérées, dans les deux hémisphères du nord et du sud, appartiennent aux mêmes espèces, ou sont des variétés des mêmes espèces. Il faut observer, toutefois, que ces plantes ne sont pas rigoureusement des formes arctiques, car, ainsi que le fait remarquer M. H.-C. Watson, « à mesure qu’on descend des latitudes polaires vers l’équateur, les flores de montagnes, ou flores alpines, perdent de plus en plus leurs caractères arctiques. » Outre ces formes identiques et très étroitement alliées, beaucoup d’espèces, habitant ces mêmes stations si complètement séparées, appartiennent à des