Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Absence d’ordres entiers dans les îles. 471

temps déjà, qu’on ne trouve jamais de batraciens (grenouilles, crapauds, salamandres) dans les nombreuses îles dont les grands océans sont parsemés. Les recherches que j’ai faites pour vérifier cette assertion en ont confirmé l’exactitude, si l’on excepte la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie, les îles Andaman et peut-être les îles Salomon et les îles Seychelles. Mais, j’ai déjà fait remarquer combien il est douteux qu’on puisse compter la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie au nombre des îles océaniques et les doutes sont encore plus grands quand il s’agit des îles Andaman, des îles Salomon et des Seychelles. Ce n’est pas aux conditions physiques qu’on peut attribuer cette absence générale de batraciens dans un si grand nombre d’îles océaniques, car elles paraissent particulièrement propres à l’existence de ces animaux, et la preuve, c’est que des grenouilles introduites à Madère, aux Açores et à l’île Maurice s’y sont multipliées au point de devenir un fléau. Mais, comme ces animaux ainsi que leur frai sont immédiatement tués par le contact de l’eau de mer, à l’exception toutefois d’une espèce indienne, leur transport par cette voie serait très difficile, et, en conséquence, nous pouvons comprendre pourquoi ils n’existent sur aucune île océanique. Il serait, par contre, bien difficile d’expliquer pourquoi, dans la théorie des créations indépendantes, il n’en aurait pas été créé dans ces localités.

Les mammifères offrent un autre cas analogue. Après avoir compulsé avec soin les récits des plus anciens voyageurs, je n’ai pas trouvé un seul témoignage certain de l’existence d’un mammifère terrestre, à l’exception des animaux domestiques que possédaient les indigènes, habitant une île éloignée de plus de 500 kilomètres d’un continent ou d’une grande île continentale, et bon nombre d’îles plus rapprochées de la terre ferme en sont également dépourvues. Les îles Falkland, qu’habite un renard ressemblant au loup, semblent faire exception à cette règle ; mais ce groupe ne peut pas être considéré comme océanique, car il repose sur un banc qui se rattache à la terre ferme, distante de 450 kilomètres seulement ; de plus, comme les glaces flottantes ont autrefois charrié des blocs erratiques sur sa côte occidentale, il se peut que des renards aient été transportés de la même manière, comme cela a encore lieu actuellement dans les régions